CONSEILS S.N.S.M. POUR NAVIGUER EN SECURITE

Règles d’or de l'usager  avant de prendre la mer

  1.  Renseignez-vous toujours sur la météo avant de prendre la mer.
  2. Avertissez vos proches de votre destination, de votre heure prévue d’arrivée, de votre arrivée à bon port et de vos éventuels changements de projets.
  3. Vérifiez l’état de votre matériel de sécurité, son emplacement sur le bateau ainsi que vos connaissances pratiques pour l’utiliser.
  4. Portez votre brassière tout le long de votre sortie en mer.
  5. Equipez-vous d’une VHF pour être en mesure de prévenir les secours en cas de problème et assurez-vous de son bon fonctionnement avant de quitter le port.
  6. Vérifiez que vous avez assez d'essence. Connaissez précisément la consommation de votre moteur et ne stockez pas d’essence plus que nécessaire.
  7. Respectez toujours les limitations de vitesse.
  8. Soyez au moins deux personnes à bord à savoir naviguer.
  9. En cas de problème, ne quitter votre navire qu’en dernier recours.
  10. En cas d’accident, déclenchez rapidement les secours, même en cas de doute.

Les 12 commandements pour une pratique sécurisée du kite
- commence par prendre des cours dans une école de kite
- pratique dans un endroit très dégagé et sans obstacle (rochers, piquets…) : les immenses plages de sable de la Manche sont naturellement plus sécurisantes que certaines plages étroites de la Côte d'Azur, où la route ou des arbres ne sont qu'à quelques mètres de l'eau, sans parler des rochers…
- pratique dans un endroit prévu pour la pratique du kite (certaines plages sont interdites, renseigne-toi ; évite les plages truffées de vacanciers)
 évite de naviguer dans les zones de baignade sur les plages (matérialisées par des bouées jaunes)
- adapte la taille de ton aile aux conditions météo et à ton niveau : seuls les experts pourront naviguer par force 6 et au-delà
- porte un casque et un gilet de sauvetage gonflable (à défaut, une combinaison t’aidera à flotter)
- fixe un leash à ta planche, pour éviter de la perdre (n’oublie pas le casque si tu mets un leash : tu pourrais te prendre la planche dans la tête), ou apprends à nager pour récupérer ta planche
- respecte les règles de priorité en navigation : si tu es sous le vent d’un autre pratiquant, tu abaisses ton aile ; si tu es à son vent, tu montes ton aile au zénith
- porte sur toi un petit bout et un coupe-fil (si tes lignes se détendent dans l’eau, elles peuvent se retendre, et s’emmeler…)
- … vérifie régulièrement que ton largueur fonctionne et qu'il n'est pas bloqué par le sel ou du sable…
- évite de laisser le matériel systématiquement exposé au soleil pendant des heures: les rayons UV entraînent un vieillissement prématuré du gréement
- n'utilise pas de "suicide leash" (leash qui n'annule pas la puissance de l'aile) : vérifie que ton aile est véritablement déventée lorsque tu largues et que tu ne retiens l'aile que par le leash

BULLETIN SECURITE KITE NUMERO 5bsk5.pdf bsk5.pdf-

VIDEOS EMISSION CONSOMAG CONSEILS AVANT DE PRENDRE LA MER PAR LA  SNSM

 http://www.conso.net/video/visionneuse_conso.php?videoDocIdy=22666

http://www.conso.net/video/visionneuse_conso.php?videoDocIdy=22675

http://www.conso.net/video/visionneuse_conso.php?videoDocIdy=22665

http://www.conso.net/video/visionneuse_conso.php?videoDocIdy=22667

 

vidéo campagne de communication pour mieux faire connaitre les embarqués

 http://youtu.be/PBuaoUWfuzs

La vocation des Sauveteurs en Mer est de secourir bénévolement et gratuitement les vies humaines en danger, en mer et sur les côtes. Le sauvetage est la première de nos missions principales.

.Association loi 1901 reconnue d’utilité publique depuis 1970, les Sauveteurs en Mer assurent cette mission de sauvegarde de la vie humaine sur tout le littoral français, en France métropolitaine et dans les départements et territoires d’outre-mer. Les sauveteurs sont présents dans 223 stations de sauvetage et 237 postes de secours et assurent, chaque année, 55% des sauvetages en France. Pour mener à bien cette mission, nous dépendons exclusivement de la générosité et de l’engagement du public.

 

Sans cet engagement de tous,  bon nombre de vies en mer et sur le littoral ne pourraient être sauvées.

 


Cette première mission comprend les sauvetages au large, assurés par les sauveteurs embarqués bénévoles, et la surveillance des plages, prise en charge par les nageurs-sauveteurs volontaires. Les sauveteurs embarqués ont pour rôle de porter assistance à toute personne en situation de naufrage réel ou potentiel. Ils doivent faire preuve d’une grande adaptabilité et d’un savoir-faire optimum pour répondre efficacement et en toute sécurité aux différents cas de figure qui se présentent à eux. Dans cette tâche, ils sont épaulés techniquement par une flotte opérationnelle et des équipements de pointe.
Les nageurs-sauveteurs, issus des centres de formation et d'intervention de la SNSM, occupent les postes de secours sur les plages. Ils sont employés de manière saisonnière par les communes du littoral pour secourir les personnes sur les plages et en mer, jusqu’à 300 mètres de la côte.


Former pour sauver


Formation de Nageurs SauveteursLa transmission de l’expertise en matière de sauvetage et la mise à jour constante des connaissances des équipes actives sont capitales pour les Sauveteurs en Mer. Au sein de 31 centres de formation et d'intervention à travers la France, 800 formateurs bénévoles dispensent près de 400 heures de cours et ateliers aux futurs nageurs-sauveteurs. Ces derniers seront mis à disposition des collectivités locales du littoral en période estivale. Cet apprentissage de 8 mois permet aux jeunes engagés d’obtenir les divers diplômes et certificats nécessaires à la pratique de l’assistance en bord de mer. Les apprentis peuvent également compléter leur formation par des stages spécifiques sur les plages et en mer.


Prévenir des risques et sensibiliser


Une mascotte de bon conseilPrévenir le grand public des dangers de la mer et l’informer sur les règles de bon sens à adopter fait partie intégrante de nos missions. Cet engagement  se traduit par des interventions directes auprès de l’ensemble des usagers de la mer et par la mise en œuvre régulière d’outils de communication variés. Afin d’initier le public dès son plus jeune âge, les Sauveteurs en Mer  interviennent également dans les écoles, lors de classes de mer ainsi que dans le cadre de la tournée des plages éco-citoyenne sillonnant le littoral français durant l’été.

Votre matériel de sécurité doit être rapidement accessible.

Vérifiez son bon état et apprenez son mode d’emploi. En cas de problème vous gagnerez un temps précieux et augmenterez vos chances de survie.

Portez votre brassière.

Equipez-vous d’une VHF. C’est le moyen le plus fiable pour prévenir les secours (canal 16). Contrôlez-la avant de prendre la mer. A défaut, composez le 1616 sur un téléphone portable - sous réserve qu’il y ait couverture par votre réseau.

Connaissez la consommation de votre moteur et votre rayon d’action compte tenu de vos réserves en carburant. Ne stockez pas d’essence plus que nécessaire et ventilez systématiquement avant son emploi.

Respectez les limitations de vitesse (ports, zone des 300 m).

Soyez au moins deux à savoir naviguer. Sinon indiquez à vos passagers comment stopper les moteurs, mouiller l’ancre et appeler les secours sur la VHF.

En cas de problème, ne quittez votre navire qu’en dernier recours. Si vous chavirez, restez accroché à votre bateau en attendant les secours. Une embarcation se repère plus facilement qu’un homme à la mer.

Même si vous n’êtes pas astreint à la possession du permis mer, il est vivement conseillé de connaître les règles de barre, les feux, les marques des navires et les bouées de balisage.

Sur la plage

Profitez de la plage en toute sécurité !Voici nos conseils pour un été en toute sérénité :

Baignez-vous toujours dans les zones surveillées, jamais dans une zone interdite ou signalée dangereuse.
A l’entrée de la plage, un panneau indique si la baignade est surveillée et les heures de surveillance.
Les zones surveillées se situent de chaque côté des postes de secours (environ 300 à 400 mètres).

 

Renseignez-vous auprès des nageurs sauveteurs du poste de surveillance de la plage sur les dangers éventuels :

  • les courants,
  • les conditions météorologiques,
  • les conditions de températures (eau et air),
  • les vents de terre,
  • les marées,
  • les horaires de surveillance de la plage.

La plupart de ces renseignements figurent sur un panneau apposé sur ou à côté du poste de secours.

Ne vous baignez que si vous êtes en bonne condition physique.

Ne vous baignez pas quand vous êtes fatigué (Ex. : après un long voyage). Ne surestimez pas vos capacités. Entamez progressivement vos activités physiques.

Surtout ne vous baignez jamais seul.
Même un très bon nageur peut être victime d’une crampe ou d’un malaise.

Evitez l’hydrocution ou choc thermique.
Après une longue exposition au soleil, mettez-vous à l’ombre afin que votre corps retrouve une température normale.
Ne vous jetez pas dans l’eau après une longue exposition au soleil.
Entrez dans l’eau progressivement, mouillez-vous les bras, aspergez-vous le torse et la nuque.

Sur le sable, quelques règles d'hygiène :

    • Le sable n’est pas toujours propre et peut être à l’origine de problèmes dermatologiques.
  • Utilisez une serviette de bain. Lavez régulièrement votre serviette et vos maillots. Evitez le contact prolongé avec le sable. Douchez-vous souvent.                                
  • Si vous marchez sur des boulettes de pétrole, nettoyez votre peau avec de l’huile alimentaire ou solaire (n’utilisez pas de dissolvant…).

Gare aux petits fugueurs

Si un enfant est perdu : dans la journée, l’enfant s’éloigne, en général en tournant le dos au soleil. En fin de journée, il aura tendance à se diriger face au soleil.
Les vagues qui se brisent sur la plage creusent parfois une dépression dans le sable. Le risque pour le jeune enfant qui y tombe va de la « tasse » à la noyade.
Les bouées, matelas pneumatiques et autres engins de plage gonflables présentent un danger certain pour l’enfant non accompagné qui les utilise. Ces jouets s’éloignent rapidement vers le large sous l’effet des courants ou du vent de terre.
En bref, ne jamais laisser sans surveillance, même quelques instants, un jeune enfant. Prévenir les sauveteurs qui effectueront les recherches. Leur signaler quand l’enfant est retrouvé.